Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
TestsdeJeux.com

Dead Space 3 - PS3

15 Février 2013 , Rédigé par Myster Hyde Publié dans #PS3

Dead Space 3 - PS3

Remettant au goût du jour un genre en voie d’extinction, Dead Space, en 2008, sans en redéfinir les codes, arrivait à doser les phases d’action pour laisser le plus souvent place à une angoisse pesante. Pour cette dernière mouture, Electronic Arts a précisé que son bébé s’orienterait un peu plus du côté action. Pari risqué, pari gagné ?

"Dead Space 3 peine à faire peur"
Dead Space 3 - PS3

EA a clairement recherché une façon de renouveler une de ses licences phares sans pour autant en perdre son âme. C’est peut-être pour cela qu’une petite moitié de l’aventure se passe toujours dans l’espace alors que les premières informations ressassées en boucle étaient l’apparition d’une planète de glace appelée Tau Volantis. En effet, cette dernière n’est parcourue qu’au bout de cinq heures si l’on excepte le prologue de 10 minutes à peine. Malheureusement si tout cela est survolé sur fond de secte idolâtrant les monolithes, on aurait aimé pour une fois dans la franchise un vrai et bon scénario. L’histoire est plate, les rebondissements sont proches du néant et l’on serait presque incapable de vous citer les noms de nos chers coéquipiers. Quand on pense qu’il y a des comics… Pourtant, le jeu dégage une atmosphère énorme avec un réel potentiel scénaristique, mais complètement sous-exploité et qui se résume encore une fois à Isaac Clark seul contre tous (ou presque) et sur le point d’être emporté par la folie. Enfin, si le premier volet impressionnait grâce à des techniques utilisé dans d’autres jeux, mais parfaitement maitrisé, là, malgré une ambiance sonore absolument parfaite sans rien à jeter, Dead Space 3 peine à faire peur.

"Le changement de voix d’Isaac ne lui donne aucun charisme"
Dead Space 3 - PS3

Si, comme il est dit plus haut, l’ambiance sonore est parfaite, ce n’est pas tout à fait le cas des doublages français qui reste néanmoins très bon. En revanche, l’attribution de la parole à Isaac, étrangement, ne lui donne aucun charisme et il reste cet avatar bateau qui aurait très bien pu laisser sa place à un charismatique Chris Redfield ou, why not, Marcus Phoenix surtout sur cette fameuse planète de glace. Car si la claustrophobie est toujours présente dans l’espace, Tau Volantis laisse place à quelques environnements ouverts dans lesquelles vous pourrez rencontrer des ennemis humains dotés d’une intelligence artificielle toute relative. Il est nécessaire également de se poser la question, pourquoi autant de rafales de neige qui cache les paysages ? Problème technique ou immersion jusqu’au-boutiste ? Si la première salve de glace laisse place à une mise en scène soignée pour nous dévoiler des lieux intriguant, la suite ne donne rien à tel point que l’on se demande si ce n’est pas juste pour nous ralentir et ainsi permettre à notre corps de se refroidir. Un instant de gameplay parmi tant d’autres, les développeurs n’ont fait qu’une extension de la réserve d’oxygène qui, une fois sur la planète se transforme en compteur de température corporel. Sachez maintenant qu’un corps humain peut descendre très bas… ou pas, car en réalité le seuil critique est de 28 degrés Celsius, Isaac est capable de descendre à moins de 10…

"Une idée qui aurait pu être intéressante si elle n’avait pas un goût de fait à la va-vite"
Dead Space 3 - PS3

Heureusement, la chute de la température corporelle ne dure pas très longtemps puisque rapidement après votre arrivée sur la planète vous vous mettrez en quête d’une combinaison arctique. En effet, il existe toujours les différents établis permettant d’apporter un côté customisation au jeu. Si l’on retrouve les traditionnels costumes, les coffres et les augmentations du RIG (santé, télékinésie, stase), les développeurs ont trouvé de bon goût d’ajouter tout un tas de craft d’armes et autres objets. Il est maintenant possible de customiser entièrement ses armes, même d’en créer de nouvelle ainsi que des munitions et autres kits de soin ou de stase. Pour cela, vous aurez besoin de matériaux que vous trouverez sur les ennemis, mais également, grande nouveauté, à l’aide d’un petit robot qu’il vous faudra lâcher à quelques endroits clés repérables grâce à un radar. Le Charognard, c’est son nom, s’occupera de tout récupérer dans les environnements puis transférera le tout dans vos établis de craft à partir duquel vous pourrez le récupérer lui aussi. Une idée qui aurait pu être intéressante si elle n’avait pas un goût de fait à la va-vite. Les menus sont illisibles, l’aspect holographique n’aidant pas et les quantités de matériaux demandés sont trop élevés, du coup, cela en devient rédhibitoire. La présence d’un marketplace n’est peut-être pas là par hasard…

"Le mode coopération que l’on détestait par avance est finalement un véritable bonus"
Dead Space 3 - PS3

La récolte de matériaux aurait pu être une quête intéressante également, mais dans des couloirs que voulez-vous faire ? On a plus l’impression d’en louper pas mal à tel point que l’on passe totalement à côté de cette partie du gameplay en utilisant uniquement les schémas trouvés par-ci par-là. Des messages et autres artefacts sont toujours disséminés un peu partout durant votre aventure et les récupérer peut vous prendre un peu de temps. Ce qui est une bonne chose, car ajoutez à une durée de vie d’environs 10-12 heures sans comptez l’une des nouveautés majeures de cet opus, les missions secondaires et un mode inédit en coopération, Dead Space 3 vaut son prix. Le mode coopération que l’on détestait par avance est finalement un véritable bonus qui vous permettra de profiter de l’aventure avec Carver qui possède ses propres missions secondaires. Quelques effets hallucinatoires et autres cinématiques supplémentaires seront de la partie. À noter que ce mode n’est jouable qu’online.

Si vous aimez Dead Space, ce troisième épisode ne vous décevra pas. Certes il penche plus du côté action, les boss sont ennuyants et le système de craft est complètement loupé, mais le jeu comporte plein de petites nouveautés appréciables comme le système de couverture et surtout Tau Volantis. Il dégage une telle atmosphère qu’il est impossible de passer à côté même s’il est le plus mauvais de la série.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Très bon test, continuez comme ça.
Répondre