Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
TestsdeJeux.com

Halo 4 - Xbox 360

12 Novembre 2012 , Rédigé par Myster Hyde Publié dans #Xbox 360

Halo 4 - Xbox 360

10 ans après la sortie du premier épisode développé, à l’époque par le regretté Bungie, et passé par quelques préquelle et autres aventures, Halo nous revient grâce au studio 343 industries dans un quatrième épisode issu de l’histoire principale. Après s’être exercé sur quelques maps d’Halo Reach et sur l’édition anniversaire du premier titre, comment se sont débrouillés les petits gars sous la joute d’un Microsoft désireux d’en tirer profit ?

"Une mise en scène jamais vue dans un Halo, digne des grands films de science-fiction"

Suite directe de Halo 3, nous nous retrouvons en 2557, précisément quatre ans, sept mois et dix jours après les péripéties de ce dernier, dans la peau d’un Master Chief sortant de son hibernation, plus majestueux que jamais. L’histoire débute donc ainsi sur l’UNSC Forward Unto Dawn, réveillé par une Cortana, l’intelligence artificielle accompagnant dans toutes ces aventures notre héros, en fin de vie. Les développeurs ne se sont pas contentés de l’inclure dans la narration, mais ont développé un vrai côté humain à cette I.A qui se voit quelque peu déréglé par des sauts de voix et autres incompréhensions de calculs. Malheureusement ils n’ont pas pu s’empêcher de tomber dans certains clichés à grands coups de violons et de chaudes larmes espérées pour le joueur. Mauvaise pioche, à moins que Bambi vous fasse de l’effet… Quoi qu’il en soit le début offre un tutoriel assez conséquent en termes de durée et montre que 343 Industries en veut pour son nouveau bébé. Pour le montrer, rien de moins qu’une mise en scène jamais vue dans un Halo, digne des grands films de science-fiction. Certes, pas beaucoup de surprise, mais voir toute une armée de vaisseaux Covenant produit toujours son petit effet. En plus, l’habillage assure aussi avec des textures à la hauteur d’une Xbox 360 en fin de vie et parfaitement maitrisée. Même constat pour les jeux de lumière qui enrobe le tout de manière éblouissant de jour comme de nuit. Si le plaisir est bien présent pour les yeux, qu’en est-il du gameplay ?

"Les zones sont plus petites et moins épiques que dans les précédents épisodes"

Halo 4 - Xbox 360

Premier constat, nul doute que nous nous trouvons devant un vrai Halo. L’univers, la patte artistique, mais, également, le gameplay ravira n’importe quel fan de la première heure. Seules différences notables, la modification de la gestion de la santé et de l’armure qui remonte toute seule après quelques secondes à l’abri, mais également le fait de pouvoir sprinter quand on le souhaite. Une nuance est à ajouter tout de même puisqu’une fatigue invisible gagne le Master Chief, il est donc impossible d’enchaîner deux longs sprints d’affilés. Si les pieds ne suffisent pas, le jeu propose toute une panoplie de véhicules à contrôler, qu’ils soient terrestres ou aériens, dont le célèbre Warthogs, et un nouveau Mecha Mantis. Une fois aux commandes de ces engins, la progression reste celle des Halo avec des zones couloirs, généralement de longues distances à parcourir sans aucun évènement puis s’en suivirent une zone plus libre ou l’espace ne manque pas pour tuer l’ennemi. Malgré cet attachement à cette progression de l’aventure, force est de constater que ces zones sont plus petites et moins épiques que dans les précédents épisodes.

"Des combats moins dynamiques et qui tendent à s’éterniser"

Halo 4 - Xbox 360

Côté skins, on retrouve les mêmes armes, produisant les mêmes effets et les mêmes ennemis. Beaucoup de même qui ne rime pourtant pas avec copie puisque 343 a essayé d’innover, notamment en introduisant un nouvel ennemi, les Prométhèens. En plus d’avoir une classe irréprochable, à mi-chemin entre Tron et Starcraft, ils développent leur propre tactique de combat. Outre quelques ratés, les Prométhéens se veulent moins rentre-dedans que les Covenants et optent pour une approche plus patiente allant jusqu’à envoyer des sortes de chiens pour vous débusquer pendant qu’eux restent planqués. La contrepartie de cet aspect plutôt joyeux, ce sont des combats moins dynamiques et qui tendent à s’éterniser, d’autant plus qu’ils peuvent se téléporter à l’abri et spawner devant vous. Pour les Covenants, pas de grands changements, les Grognards sont toujours nul au combat et hilarant à la fois lorsqu’ils battent en retraite les mains en l’air et les, ceux qu’on appelle ici, Mr One Shot grâce à leur épée ne vous feront pas de cadeaux. On regrettera cependant une fâcheuse tendance à du copié/collé dans les classes d’ennemis entre Covenants et Prométhéens. Enfin, pour les fans, les affrontements se basent essentiellement entre vous, Master Chief, équipé d’un armement tantôt surpuissant (pompe, sniper), tantôt inefficace (grenades), et les Prométhéens, peu de Covenants, mais pendant combien de temps ?

"La campagne solo est très sympathique à jouer et l’est encore plus à 4"

Halo 4 - Xbox 360

En Héroïque, compter une petite dizaine d’heures pour les connaisseurs sans grands talents, la moyenne haute des first person shooter. La campagne solo est très sympathique à jouer et l’est encore plus à 4 joueurs en coop. Histoire de corser un peu le tout, la présence de crâne à activer dans les menus rendent plus ou moins difficile votre périple. Mais vos soixante-dix boules passeront certainement dans le mode multijoueur qui à lui seul vous occupera jours et nuits. Un système de Spartan Points a été mis en place dans cet épisode et donne un fort côté Call of Duty au multi de Halo 4 en proposant grâce à ses points de débloquer des atouts, comme le rechargement des armes et du bouclier plus rapide, des armes et des kits d’armures pris d’Halo Reach. Ce qu’on peut déplorer dans ce multi remanié à la sauce 343, c’est son manque d’équilibre, car certaines options sont tout simplement imbattables comme une (trop) grosse mitrailleuse qui ABBA vos adversaires en quelques balles. Bien entendu, toujours dans les faux pas, il n’y a pas de serveurs dédiés ce qui signifie que si l’hébergeur quitte la partie, vous la quittez également. Au niveau des nouveautés, félicitons l’initiative des développeurs de proposer du nouveau contenu sans pour autant trancher dans le vif des modes de jeu. Ainsi né le mode Régicide, sorte de match à mort où le fait de tuer le premier du classement, le roi, rapporte plus de points, ce dernier étant en plus visible en permanence grâce à un indicateur placé au-dessus de sa tête. Notons également la présence du sympathique mode Dominon, sorte de Domination, mais avec une maintenance de la position en la fortifiant, ce qui la rend plus difficile à capturer pour l’ennemi et ravitaille les alliées en armes. Puisque c’est la mode et que c’est cool, Halo 4 a lui aussi son mode Zombies. Pour finir, un mode Spartan Ops est aussi présent et propose des missions scénarisées (en coop à 4, c’est mieux), façon série télévisée puisque cette dernière est découpée en épisode (un par semaine) de 5 missions. La première saison est gratuite, mais les autres…

En conclusion, ce Halo 4 navigue entre deux eaux. D’un côté de la rive, nous avons un très bon jeu, pris indépendamment de la licence qu’il représente, il est beau, plaisant à parcourir et propose un multi solide. De l’autre, nous avons un Halo casualisé, offert au grand public comme le montre son multi à base d’atout à débloquer et autres options à acquérir grâce à votre nombre de frags. Un autre point sur la casualisation du soft, sa difficulté. Le testeur ayant fait le premier et une partie du trois n’est certes pas un expert, mais suit le mouvement d’internet et annonce le Halo le plus facile de la série. Enfin, rappelons que nos notes se basent sur le plaisir ressenti lors de nos sessions de jeu, soit une note de …

Halo 4 - Xbox 360
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
I
&quot;Les zones sont plus petites et moins épiques que dans les précédents épisodes&quot;<br /> Sérieux vous avez déjà joué à halo ???
Répondre