Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
TestsdeJeux.com

Metal Gear Rising : Revengeance - PS3

23 Février 2013 , Rédigé par Myster Hyde Publié dans #ps3

Metal Gear Rising : Revengeance - PS3

Très loin des studios Kojima Prod, Metal Gear Rising : Revengeance nous est livré par le bouillonnant développeur de Bayonetta et Madworld, Platinium Games. Qu’en ont-ils fait? Un Beat’em All survitaminé dans lequel Solid Snake laisse sa place à Raiden.

"Raiden revient dans un beat’em all lui allant comme un gant"
Metal Gear Rising : Revengeance - PS3

Peut-être est-ce la bonne formule ? Après un Metal Gear Solid 2 dans lequel nous prenions le contrôle de Raiden tout en conservant le gameplay de Snake, notre héros revient dans un beat’em all lui allant comme un gant. Avant ça, place à un petit peu d’histoire puisque le développement de ce jeu a été plutôt tumultueux passant de Kojima Production à Platinium Games il y a à peine deux ans. La raison officielle de ce changement de développeur est la difficulté qu’ils ont eue à créer un gameplay basé sur une découpe précise à l’épée espérant ainsi inventé le « Lightning Bolt Action ». Hideo Kojima voulait certainement se concentrer sur MGS 5 et, a confié son bébé aux équipes de Plaitinium Games spécialistes des jeux d’action aux coups éclaires. Et c’est peut-être là la solution pour Raiden, le mal-aimé de la série, des jeux de type beat’em all qui auraient des liens avec la série originale, peut-être même des croisements. Laissons l’infiltration à Snake et adaptons le beat’em all à Raiden. Le résultat ? Un gameplay taillé pour lui.

"On sent qu’Hideo Kojima n’était pas constamment sur le dos de ce jeu"
Metal Gear Rising : Revengeance - PS3

Mais avant d’attraper la pastèque par les cornes, intéressons-nous au scénario. L’histoire de ce Metal Gear Rising : Revengeance, se déroule 4 ans après les péripéties de Metal Gear Solid 4 : Guns of the Patriots. Raiden travaille pour un service de sécurité répondant au nom de Mavericks Security. Sa première mission, protégé un dirigeant africain alors que les guerres semblent s’être calmés. Évidemment un groupuscule de mercenaires-cyborgs, Desperados, n’entend pas cela de cette oreille et attaque le convoi. Raiden perd son premier combat contre JetStream, est sauvé par son équipe et veut maintenant se (re)venger de sa défaite et de l’assassinat de ce haut placé africain. Le scénario n’est pas vraiment le fort de ce MGR, il manque de rebondissements et de révélations. De plus, quelques croisements(…) avec l’univers principal auraient été orgasmiques. Enfin, on sent bien qu’Hideo Kojima n’était pas constamment sur le dos de ce jeu, la preuve avec des cinématiques moins longues et au nombre plus réduit. À noter, la présence du codec placé dans l’oreille de notre héros qui lui permet de se déplacer tout en blablatant avec ses supérieurs et collègues.

"A vous les joies de la décapitation"
Metal Gear Rising : Revengeance - PS3

Passons au vif du sujet, la taillade, tranchage de chair et métal et autre décapitation de membre. On se souvient tous du trailer diffusé lors de l’E3 2010 pendant la conférence de Microsoft lorsqu’à la fin de cette dernière, Raiden tranche au millimètre près une pastèque en petit morceau. Le pari a été parfaitement rempli et n’est pas qu’un simple gadget pour faire mumuse avec son katana. Il sert véritablement le gameplay sans devenir lourdingue. Ce mode se déclenche par la pression de la touche L1, Raiden entre ainsi dans un bullet-time où il est possible d’ajuster la direction de sa découpe grâce aux sticks. Le résultat est jouissif, mais n’est disponible qu’une fois votre barre de PAC, l’énergie de votre Katana, remplit. Pour cela, rien de bien compliqué il suffit de battre vos ennemis jusqu’à ce qu’une ou plusieurs parties de leur corps deviennent bleues. Généralement cela coïncide avec l’activation possible de ce pouvoir et à vous les joies de la décapitation.

"Des coups éclaires, des combos infinis qui ne laissent aucune place à la lassitude et des combats de boss très intéressant et vous obtenez un gameplay réellement taillé pour Raiden"
Metal Gear Rising : Revengeance - PS3

En plus de cela, Platinium Games a mis au point un système de contre basé sur le rythme. Lorsque votre ennemi attaque, une croix rouge, ne vous laissant pas plus de deux secondes pour réagir, apparait. À vous ensuite d’appuyer en rythme lors des coups ennemis sur Carré + Direction du stick, pour réaliser des parades. Et si vous êtes dans le bon tempo, Raiden contrera et ripostera automatiquement. Ajoutez des coups éclaires, des combos infinis qui ne laissent aucune place à la lassitude et des combats de boss très intéressant et vous obtenez un gameplay réellement taillé pour Raiden. La présence d’un magasin permettant de customiser notre héros et un plus non négligeable et contribue à étoffer le gameplay, car en plus d’augmenter la vie, la puissance de l’arme principale (ainsi que secondaire)… de nouveaux combos et enchainements sont disponibles via ce magasin. On retrouve tout l’esprit des MGS dans l’humour omniprésent comme les costumes à débloquer. Malheureusement, tout ne peut pas être parfait et le jeu est entaché de problèmes de caméra très contraignants surtout dans les petites pièces et contre des ennemis rapides. Mais il faudrait vraiment faire son difficile pour bouder ce Metal Gear Rising : Revengeance. Pour une fois que Raiden fera (peut-être) l’unanimité…

"Un aspect scoring donne au jeu une certaine rejouabilité"
Metal Gear Rising : Revengeance - PS3

Autre point légèrement négatif, la durée de vie. Le jeu se termine en deux après-midi si vous prenez votre temps pour dénicher les bonus qui débloquent les missions en réalité virtuelle. Pour les plus acharnés, un aspect scoring donne au jeu une certaine rejouabilité. En effet, une note allant jusqu’à S vous est octroyer en fonction de plusieurs paramètres comme le temps et le nombre de coups. Évidemment, qui dit Platinium Games dit musique Rock’N Roll, Metal bref tout ce qui peut augmenter le rythme du jeu et booster ce qui se passe à l’écran par nos oreilles. En revanche, les doublages restent bon, mais sans plus. Il manque quelque chose…

Il y a tellement de points à aborder dans ce Metal Gear Rising : Revengeance qu’on oublierait presque de signaler qu’il existe un côté infiltration à ce jeu lors de courtes phases. En tout cas, si vous avez lu le test, vous connaissez déjà la réponse, voir même vous êtes déjà parti vous le procurer.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article