Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
TestsdeJeux.com

[Retro] Aladdin - Megadrive

2 Décembre 2012 , Rédigé par Luchador-R Publié dans #Retro

[Retro] Aladdin - Megadrive

Chaque année, c’est toujours la même chose, vers la fin de l’année, les Studios Disney nous gratifient d’une nouvelle œuvre cinématographique et suivant le pas dans la foulée, les adaptations vidéoludiques sont légion pour que nos chères petites têtes blondes puissent y écouler leurs économies. De qualités assez inégales ces conversions nous ont fait voir le pire aussi bien que le meilleur (plus souvent le premier cas d’ailleurs…). Mais quelques fois entre les bouses on trouve de véritables perles qui sont le fruit du travail de véritables génies.

«Le bébé atterrit dans les bras d’un certain David Perry»

Petit retour en arrière et revenons en 1992, en cette belle année la période des fêtes a vu sortir au cinéma la version made in Disney d’un conte des Mille et une Nuits : Aladdin. Véritable succès à travers le monde le projet du portage sur les consoles de l’époque fut confié à Capcom pour la version Super Nintendo et a Virgin pour celle de la Sega Megadrive. Avant toutes choses il faut se replacer dans le contexte, chez Virgin, le bébé atterrit dans les bras d’un certain David Perry déjà réalisateur d’un excellent jeu à licence avec Cool Spot. Plus tard dans sa carrière il sera amené à travailler sur le génialissime Earthworm Jim ou encore le très bon MDK. Aujourd’hui si Monsieur Perry est un peu tombé aux oubliettes, il reste un acteur reconnu de cette époque pour la qualité de ses œuvres.

« Aladdin fait partie des films de la firme de la souris aux grandes oreilles parmi les plus appréciés. »

[Retro] Aladdin - Megadrive

Petit rappel pour ceux qui n’ont pas vu le film (y en a-t-il ?...), l’histoire se déroule à Agrabah grande ville du Moyen-Orient régie par un Sultan. Dans les quartiers pauvres de la ville, réside un jeune garçon du nom d’Aladdin, accompagné de son petit singe Abu il vit au jour le jour en chapardant de quoi vivre. Un beau jour il se retrouva à explorer la caverne aux merveilles où il fit la connaissance d’un Génie enfermé dans une lampe, celui-ci le gratifia de trois vœux. Bien entendu l’histoire ne serait rien sans son méchant de service en la personne de Jafar, le conseiller du Sultan, qui désire plus que tout prendre sa place. Et comme toujours chez Disney nous avons aussi le droit à la petite histoire d’amour entre le héros et une jeune fille en la présence de Jasmine la princesse et accessoirement fille du Sultan. Ponctué de chansons dont beaucoup de monde peut encore s’en souvenir aujourd’hui Aladdin fait partie des films de la firme de la souris aux grandes oreilles parmi les plus appréciés.

« Parmi la douzaine de niveaux que compte le jeu, certains offrent une variation sympathique de gameplay »

[Retro] Aladdin - Megadrive

Misant sur une plate-forme de grande qualité le soft s’avère être un magnifique jeu respectant dans ses décors et ses animations le film à la lettre. Depuis le premier niveau se situant dans les rues d’Agrabah, jusqu’au palais du Sultan en passant par le monde complètement déjanté du Génie la trame est suivie, parfois accompagnée d’une touche d’humour bien placée. Pour explorer tous ces endroits notre ami Aladdin se voit affublé d’un cimeterre pour éliminer les divers gardes du palais, perroquets et autres joyeusetés, chose assez étrange vu qu’il doit en tout et pour tout tenir cet objet qu’une dizaine de secondes dans le film. Il est aussi possible de tirer des pommes par contre celles-ci sont en nombre limité, mais pas de crainte il y en a un peu partout. Parmi la douzaine de niveaux que compte le jeu, certains offrent une variation sympathique de gameplay comme par exemple celui où Al se retrouve à devoir s’échapper de la Caverne aux Merveilles a dos de tapis de volant. Entrecoupant quelques stages, les passages nous mettant dans la peau d’Abu, le petit singe, restent amusants bien qu’assez difficiles a compléter. Croissante, la difficulté générale ne devrait pas poser de problèmes aux joueurs chevronnés, mais pour ce qui est des jeunes qui étaient après tout la cible, le challenge est au rendez-vous. Enfin, reprenant dans la majeure partie des niveaux les musiques issues du film, celles-ci sont facilement reconnaissables et on peut se surprendre à se répéter les paroles dans sa tête pour qui a été traumatisé dans son enfance par les productions made in Disney.

Bilan : On répète souvent que les jeux issus de licences ne sont que des ignobles étrons cosmiques. Les années 90 ont connus quelques jeux en provenance de la firme à la souris de grande qualité, pour les amateurs les noms de Castle of Illusion ou Quack Shot sont synonyme de qualité, Aladdin sur Megadrive est à ajouter parmi ces classiques au panthéon des jeux de plate-forme.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article