Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
TestsdeJeux.com

Thomas was alone - PC

26 Février 2013 , Rédigé par Goo Publié dans #Jeux Indépendants, #PC

Thomas was alone - PC

Jeu indépendant créé par Mike Bithell et sortit le 24 juillet 2012 sur PC, Thomas was alone est un jeu de plateforme et de réflexion assez original. A l’origine un jeu flash, Thomas was alone est devenu un véritable jeu vidéo après avoir été retravaillé par son créateur pour en faire une version plus complète. Fort d’un entourage de qualité, Bithell a su développer un jeu intelligent à la bande-son enivrante et faisant place à l’émotion.

Thomas was alone - PC

L’histoire se déroule dans un ordinateur central. Thomas est un petit rectangle rouge (une intelligence artificielle) qui se sent bien seul. Il va finalement rencontrer d’autres petites formes géométriques ayant des capacités différentes (double saut, flottement, inversement de gravité, etc…) et leurs caractères respectifs. Ils vont devoir s’entraider pour finir les niveaux et accéder à un point de téléportation qui les emmènera vers le niveau suivant. Ce sera l’occasion pour eux de découvrir l’amitié et l’entraide par le biais d’énigmes de plus en plus difficiles. On contrôle donc des formes géométriques ayant chacun un prénom, dont Thomas. Et comme vous l’aurez deviné, Thomas commence l’aventure seul et la termine avec toutes les autres formes géométriques qu’il aura rencontrées au fil du jeu. L’amitié est bel et bien le thème central. Il y a dix ensembles de niveaux, chacun introduisant un nouveau personnage, ayant une capacité spécifique, et que l’on apprend à connaître en même temps que ceux que vous contrôlez déjà. Et croyez-le ou non, on finit par s’attacher à ces petites formes géométriques…

Thomas was alone - PC

Le gameplay est très simple. On rappelle que le jeu est à la base un jeu flash. Avancer, reculer, sauter. C’est tout ce que vous aurez à faire au niveau du gameplay et pendant toute la durée du jeu. Bien que basique, le gameplay est d’une intelligence remarquable, car il exploite très bien les différentes capacités des personnages. Et cela a également le don de ne pas rendre les niveaux trop répétitifs. Thomas was alone est constitué d’une centaine de niveaux à difficulté très variables (le premier ensemble de niveaux étant à prendre comme un tutoriel). Plus on avance dans le jeu et plus la difficulté est présente. Ce qui est normal, car on a réuni de plus en plus de personnages et les possibilités d’actions sont donc plus nombreuses et variées en fonction du terrain. Il faudra donc user de tactique et de logique pour venir à bout de plusieurs niveaux en prenant soin d’utiliser les capacités de vos personnages habillement et dans le bon ordre.

Thomas was alone - PC

Venons-en aux graphismes. Thomas was alone a (comme de nombreux indie-game de plateforme) des graphismes très minimalistes. Minimaliste, mais pas simpliste ! C’est beau et ça fait un peu penser aux publicités des produits de haute technologie Apple ou Windows 8 : simple et stylé ! L’informatique est d’ailleurs le monde de Thomas was alone. Car même si ça ne se remarque pas, l’action se déroule dans un ordinateur central et l’on contrôle des intelligences artificielles. Tout est fait à base de polygones, aussi bien les personnages (en couleur) que le monde dans lequel ils interagissent (noir avec un font de couleur). Beaucoup de jeux d’ombres viennent accompagner les différents niveaux. De ce fait, même si le monde a toujours la même structure dans tous les niveaux du jeu, ces derniers demeurent assez variés par leur difficulté premièrement, mais surtout pas les couleurs de fonds, les jeux d’ombres et les personnages disponibles pour tel ou tel niveau. Vous l’aurez compris, le graphisme minimaliste de Thomas was alone est un parti-pris visuel qui fonctionne très bien avec le scénario et qui est donc clairement voulu par le créateur ! De plus, la musique va parfaitement avec le graphisme du jeu.

Thomas was alone - PC

Parlons-en justement de la musique. C’est un des points forts du jeu. Variée, touchante et enivrante, Thomas was alone s’accompagne d’une musique électronique qui ravira vos oreilles ! Pendant la conception avancée du jeu, Bithell a été en mesure de communiquer avec le compositeur David Housden par l’aide d’un ami commun. David Housden a d’abord fourni un morceau de démonstration (qui est devenu le thème principal du jeu !) et a ensuite continué à produire l’intégralité de la bande originale. Une petite merveille de bande sonore qui mérite d’être téléchargée. Comme dit précédemment, les musiques se marient vraiment bien avec les niveaux et les graphismes du jeu. Étant une musique électronique, elle nous rappelle que nous évoluons dans un univers informatique. Pourtant, pas de bruits (énervant) de synthé’ de jeux oldies et pas de dynamisme dans les mélodies. Thomas was alone dispose d’une bande sonore calme et apaisante pour les onze thèmes du jeu. Là encore elle peut paraître minimaliste, car peu d’instruments sont nécessaires pour effectuer un tel album. Mais quel album ! David Housden nous a pondu une vraie merveille à télécharger de toute urgence ! Encore une fois, cela fonctionne parfaitement bien et permet au joueur de se plonger intégralement dans l’atmosphère et surtout l’ambiance douce, mélancolique et rêveuse du jeu.

Thomas was alone - PC

Mais quand on parle de la bande-son, il n'y a pas que la musique. Les personnages, ou plutôt nos polygones parlent entre eux pendant qu’ils s’entêtent à finir leur niveau. Sauf que, là encore, Bithell a gagné son pari. Compte tenu de l’histoire et de l’esthétique du design, Bithell a écrit un script pour donner à chacun des polygones une personnalité et un caractère propre à chacun. Bithell demande ensuite à l’acteur britannique Danny Wallace de lire le script pour faire parler les personnages. Toutes les voix sont lu par l’acteur et en ajoutant un peu d’humour, mais tout en restant sobre, Danny Wallace raconte merveilleusement bien l’histoire de Thomas was alone. Une histoire qui ne vole pas très haut, mais qui reste simple, tout comme la manière dont elle est racontée. On assiste donc à une lecture apaisée de l’histoire à laquelle on joue, un régal pour nos oreilles en plus de la musique. Malheureusement, Thomas was alone est intégralement en anglais, sous-titré anglais. Pas une mince affaire pour ceux qui ont un faible niveau dans la langue de Shakespeare. Mais cela ne doit pas vous rebuter pour autant, il est plaisant de jouer à Thomas was alone même sans comprendre intégralement le scénario. L‘histoire ne vole pas très haut, mais il est utile de savoir bien maîtriser l’anglais pour comprendre toutes les subtilités, le suivre et s’accrocher aux personnages. Ça rajoute un peu plus de magie au jeu. On remarquera que les sous-titres peuvent être traduits par un traducteur en parallèle avec le jeu. Vous n’avez donc aucune raison valable pour ne pas écouter et comprendre l’histoire de ce jeu à la bande sonore envoutante. Enfin, comme la plupart des jeux indépendants, Thomas was alone dispose d’une durée de vie relativement courte, ce qui est fort dommage ! Comptez environ 4 ou 5 heures pour terminer le jeu. Pas de bonus et pas de quêtes annexes. Il vous reste néanmoins la possibilité de refaire les niveaux que vous désirez autant de fois que vous le voulez.

Beaucoup de joueurs testeront Thomas was alone par simple curiosité, mais beaucoup d’entre eux aussi tomberont véritablement amoureux de ce jeu ! À classer à part dans la liste des jeux que vous possédez, Thomas was alone fait partie de ces titres auxquels on ne joue qu’une fois, mais dont l’expérience reste inoubliable.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article